Filières / Grains

Durabilité des biocarburants

​​Réduire les émissions de GES

Action nationale : la démarche de progrès


·  Calculer les émissions de GES liées à la production de colza

·  Mettre des plans d'actions localement visant l'amélioration des pratiques agricoles.​


Action locale : le référentiel 2BS 


Le référentiel 2BS certifie le respect des critères de durabilité fixés par la directive européenne 2009/28/CE 

​​La consommation énergétique mondiale a fortement évolué ces dernières années au profit de ressources plus respectueuses de l'environnement comme les biocarburants. Leur part aura même triplée d'ici à 2040, selon les dernières prévisions de l'Agence Internationale de l'Energie. Un défi de taille que relève au quotidien la filière du biocarburant.​

Un essor constant de la filière du biocarburant

La filière des biocarburants, issus de la production de colza, blé et tournesol, s'est développée pour répondre à un constat sans appel : une consommation d'énergie de plus en plus importante au niveau mondial et des ressources qui s'épuisent peu à peu. Trouver de nouvelles sources d'énergie, plus durables, s'est donc naturellement imposé. Au cœur du changement, l'Union Européenne a joué le rôle de porte-parole des énergies durables en créant un cadre législatif favorable à leur développement.

Cela s'est traduit par un essor des biocarburants qui a ouvert de nouveaux débouchés pour les productions d'oléagineux. Les biocarburants sont ainsi devenus un réel enjeu au sein du commerce agricole.

A la croisée des chemins : un objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre à 50% dès 2017

Cependant, produire des biocarburants n'est pas mince affaire et la filière, pour être durable, doit veiller à respecter un critère primordial : la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES). Un biocarburant doit être au moins 30% plus efficace énergétiquement qu'un carburant normal, aussi appelé carburant fossile ! L'avenir de la filière du biocarburant dépend donc de sa capacité à répondre à cet objectif croissant, fixé à 50% dès 2017.

Un avenir incertain

Actuellement, le véritable défi pour la culture de colza est d'atteindre cet objectif de baisse sans quoi elle ne pourrait plus être utilisée dans la production de biocarburants. A court terme, il existe donc un réel risque de voir disparaître cet important débouché.

La démarche de progrès

Pour pallier ce phénomène, les organismes collecteurs accompagnent les agriculteurs dans l'amélioration de leurs pratiques culturales. En faisant évoluer les pratiques, tous les acteurs de la filière sont investis dans une démarche de progrès, avec un seul but : réduire les émissions de gaz à effet de serre de la production de colza.

La diffusion des bonnes pratiques agricoles et le respect des critères de durabilité sont les clés de la durabilité des biocarburants.

logo.pnglogo demarche de progres.PNG